Microkinésithérapie

Microkinésithérapie, grossesse et enfant…

Il est dorénavant possible d’affirmer que le développement du fœtus est lié aussi aux ressentis de la mère.

Grâce à une étude publiée par le site The Conversation, menée par deux chercheurs de l’Université de Rennes, la preuve est apportée que les émotions et l’état psychologique de la maman ont un rôle prépondérant dans le processus évolutif du bébé. In utero, le fœtus en développement, apprend le monde extérieur et se façonne grâce à ce lien tissé dès la conception.

Ce que nous savions déjà: le fœtus perçoit des stimuli externes

C’est un fait: le fœtus est capable de ressentir et de percevoir tous les stimuli extérieurs. Plus précisément, ce sont les sons qu’il perçoit le mieux, notamment à la fin de la grossesse dès le 7e mois.

L’enfant peut différencier deux types de sons : celui qui est artificiel, comme de la musique. celui qui est naturel, telle la voix de sa mère.

Certains sons deviendront vite familiers au fœtus. La maman pourra alors constater qu’à certains instants, le bébé sera plus en interaction avec elle. Coup de pieds, mouvements dès la reconnaissance d’un mot ou d’une main familière, l’enfant se manifestera instinctivement.

La découverte de la transmission “transnatale”

Selon l’étude, cette perception serait possible grâce à une transmission “transnatale” à savoir du stade du fœtus au stade postnatal. Pour certaines modalités sensorielles, cette transmission s’applique. Le bébé est extrêmement réceptif au comportement de sa mère, à ses goûts, à ses émotions. La communion entre les deux est, dès le cinquième mois, unique. Le bébé, dans le ventre de sa mère, développe donc déjà un lien privilégié avec elle.
 

Reconnaître la voix de sa mère à la naissance

À la naissance, la maman est la première personne que rencontre le bébé. Une première rencontre essentielle, qui nécessite sa présence auprès du bébé dès les premiers moments de la naissance. Paroles rassurantes, douces caresses, le bébé est très sensible à ces marques d’affections.

D’ailleurs, bien souvent, il reconnaît le son de la voix de sa maman. Il le percevait déjà in utero. L’étude indique également que l’enfant peut montrer un intérêt pour les musiques que sa mère écoutait pendant sa grossesse.

Ce que l’étude nous apprend: le ressenti de la mère joue un rôle majeur dans l’évolution
du fœtus

Le fœtus mémorise son expérience prénatale et les stimuli extérieurs, mais il est aussi touché par les ressentis de sa mère. Mais jusqu’à quel point l’association se fait-elle ?

L’étude tente de donner des éléments de réponses, notamment en réalisant des expériences concrètes. Trois constats sont visibles:

D’ailleurs, bien souvent, il reconnaît le son de la voix de sa maman. Il le percevait déjà in utero.

L’étude indique également que l’enfant peut montrer un intérêt pour  les musiques que sa mère écoutait pendant sa grossesse.

1er constat: le nouveau-né en harmonie avec sa mère

Si le bébé a été habitué à la voix naturelle de sa maman et à ressentir ses émotions, alors il sera très réceptif. Pendant 9 mois, il a vécu en harmonie avec sa mère. Il s’est donc adapté à son rythme.

En fonction des réactions, du comportement psychologique, mental et émotionnel de la mère, le bébé n’anticipera pas de la même manière ses futures étapes de vie.

Parler à son enfant in utero et se montrer positif pendant la grossesse peut donc avoir de nombreux avantages sur: l’accouchement : il peut arriver qu’un enfant soit tendu et angoissé lors de l’accouchement. Ce stress est causé par la mère, elle même peu rassurée. Le travail peut alors être long. Le nouveau-né en subira les conséquences lors de ses  premiers mois. Pour éviter ce stress inutile, la parole et le comportement positif de la mère, pendant et après la grossesse, peut permettre à l’enfant de venir au monde plus calmement.

La naissance : dès son arrivée dans le monde, le bébé doit être rassuré. Entendre une voix qui lui est familière le calmer sûrement. Le  peau à peau est aussi un moment pour le bébé de retrouver la chaleur et le rythme cardiaque  de sa maman qu’il connaît tant.

Ainsi, la coupure nette  de la vie intra-utérine à extra-utérine se fait moins violemment. Le nouveau-né  se souviendra alors  de ces moments passés dans le ventre maternel. les premiers jours : un nouvel environnement se présente à lui. Tout lui est étranger sauf sa maman.

Si la mère accompagne son enfant durant toute son évolution in utero, le comportement du bébé ne sera pas le même.

2e constat: les sonorités de la voix humaines, un bienfait sur le nouveau-nénutrition 1h30.

Habitué aux sonorités d’une voix humaine, l’enfant, une fois né, ne réagira pas de la même façon. Il sera plus réceptif, moins angoissé à l’idée d’entendre une personne étrangère à son environnement.

Ce deuxième constat est très important, puisqu’il permet de sociabiliser plus facilement l’enfant au monde extérieur et aux personnes qui l’entourent.

3e constat: en cas d’absence d’émotions, les conséquences sont-elles nombreuses?

Si la grossesse a été perçue comme étant un instant négatif par la mère, elle sera aussi vécue négativement par le fœtus. Les premiers instants avec le bébé peuvent donc être plus difficiles. Il se peut que l’enfant, après la naissance, associe la voix de sa maman à un sentiment désagréable.

Ce troisième constat pose également la question des dénis de grossesse et des mères porteuses. Un enfant non désiré ou simplement porté dans le ventre d’une femme qui ne se considère pas comme mère empêche-t-il au fœtus de disposer de certaines clés utiles pour son développement?  D’autres conséquences apparaissent elles ?

Un apprentissage qui débute in utero

Les stimuli sensoriels et l’état émotionnel de la mère ont donc un impact crucial pour le foetus puis sur le comportement et le caractère à venir de l’enfant. De manière plus générale, entendre la voix de la mère, mais aussi celles de personnes de l’entourage habitue l’enfant à la voix humaine.

Lors de l’accouchement, l’enfant sera moins anxieux d’entendre les voix de médecins, leur permettant une prise en main plus facile. La musique peut également être un outil permettant d’apaiser les nouveau-nés en cas de situations difficiles, comme un accouchement prématuré par exemple.

La microkinésithérapie est une  technique douce de choix pour aider la maman pendant l grossesse et l’enfant après l’accouchement.

En effet, une séance de microkinésithérapie entre le 3eme  et le 7eme mois de grossesse permet d’éliminer les traces d’agressions physiques ou émotionnelles accumulées au cours de la vie de la future maman.

Une future maman apaisée entraine une grossesse plus sereine ! Il peut être également intéressant de voir l’enfant en consultation lors de la première année de sa vie afin d’éliminer toutes les traces résiduelles de cette période.

Il ne faut cependant pas culpabiliser car la vie réserve d’innombrables surprises et nous faisons tous
comme nous pouvons avec la volonté de faire le mieux possible pour nos enfants !!!!

SourceDans le ventre de sa mère, le fœtus associe sons et émotions; est publiée par The Conversation. Alban Lemasson, enseignant et chercheur au laboratoire d’éthnologie animale et humaine (EthoS) et Martine Hausberger, directrice au laboratoire du CNRS, dirige l’équipe de recherche de PEGACE au sein du laboratoire d’ethnologie animale et humaine (EthoS).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut