STRESS / ANGOISSE :
QUELS ACCOMPAGNEMENTS EN MEDECINE DOUCE?

angoisse

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress est une notion très large. Il s’agit de l’ensemble des réactions de notre organisme (biologiques et psychiques) face à une pression/agression par un agent physique, psychique ou physiologique.

Ces réactions sont des mécanismes de réponse qui varient pour chaque individu et pouvant amener différentes émotions.

Ces mécanismes de réponses sont des réponses physiologiques de l’organisme. Ils cherchent à maintenir l’équilibre biologique du corps au travers d’un travail d’adaptation.

D’après le docteur Hans Selye, endocrinologue à l’Institut de médecine et de chirurgie expérimentale à Montréal au Canada et pionnier de la recherche sur le stress, le travail d’adaptation implique trois phases connectées aux voies nerveuses (système sympathique) et voie hormonale (hypothalamus, hypophyse et glandes surrénales) : alarme, résistance et épuisement.

Le stress entraîne des répercussions sur notre santé mentale et physique.

Les facteurs déclencheurs du stress sont nombreux et varient d’un individu à un autre. Il y a deux types de stress : positif et négatif. Le « bon » stress peut amener à trouver de nouvelles solutions et à progresser. Le « mauvais » stress nous place en zone de risque et/ou danger.

Certains signes peuvent nous alerter sur un stress néfaste pour notre santé. Quels sont-ils ?

  • Signes physiques : vertiges, accélération du rythme cardiaque, augmentation de la pression artérielle, mise en tension des muscles, troubles de l’appétit, nausées, vomissements, diarrhées
  • Signes psychiques : anxiété, sensation d’oppression, agitation, peur, inquiétude, irritabilité, pessimisme, troubles de la concentration, crise d’angoisse…

Dans le cas où l’agent stressant persiste, le corps s’adapte et augmente notre niveau de résistance.
Si l’on parvient à gérer l’agent stressant, le corps se détend, notre rythme intérieur revient à la norme. Nous retrouvons alors notre énergie vitale peu à peu.

Lorsque le stress devient chronique, les signaux peuvent devenir plus graves comme des troubles du rythme cardiaque, de l’hypertension, des ulcères, insomnies, dermatoses …

Quand consulter un médecin ?

Il est important de consulter le plus tôt possible. Il faut d’une part éliminer une maladie sous-jacente (comme la dépression) et d’autre part éviter d’attendre que l’état se dégrade et entraine des symptômes plus importants, voir une maladie.

Si nous ne pouvons pas éviter les situations stressantes, les médecines douces peuvent être des outils qui permettent d’améliorer le travail d’adaptation que notre organisme fournit face aux agressions.

Hygiène de vie et nutrition

En cas de stress (dont le premier signal est l’anxiété), l’amélioration de l’hygiène de vie est primordiale. Cela peut parfois suffire à soutenir l’organisme et enrayer le stress.

Pour se faire, il faut veiller à avoir une alimentation équilibrée, un sommeil de qualité, travailler sur une bonne gestion émotionnelle et effectuer une activité physique régulière.

Alimentation équilibrée

Pour que le cerveau puisse fonctionner au mieux et prévenir le stress, il doit être correctement alimenté (besoin d’une quarantaine de nutriments différents). Il peut donc être opportun de vérifier avec votre nutritionniste que ces apports fassent partie de votre alimentation. Par ailleurs, certains aliments peuvent nourrir un état de stress et devront être réduits voir supprimés (sucre).

Lorsque l’on subit un stress sur du long terme, l’organisme sécrète une hormone appelée cortisol. Cette hormone est ce qu’on appelle « hyperglycémiante », c’est-à-dire qu’elle va faire augmenter la glycémie (taux de sucre) dans le sang même sans apport glucidique. En d’autres termes on grossit à cause du stress ! Dans les moments de stress intense ou en cas de stress chronique, il est donc capital d’adapter son alimentation et de se faire accompagner pour diminuer son stress. La prise de poids peut entrainer d’autres problématiques.

Plus d’informations sur un accompagnement en nutrition ici.

Sophrologie et équilibre émotionnel

La pratique de la sophrologie va agir directement sur le système nerveux parasympathique et va contribuer à ramener l’organisme à l’équilibre à la suite des alertes induites par le stress.

En effet, grâce à des protocoles sur mesure, la sophrologie vous apporte des outils personnalisés afin de libérer les tensions et émotions négatives dans un premier temps et faciliter le retour au calme intérieur.

Par la suite, le travail peut être axé sur le renforcement de vos ressources et de votre confiance en vous. Cela facilite la prise de recul et le lâcher prise toujours dans le but d’atteindre un détachement confiant face aux évènements stressants. Le retour au calme est ainsi facilité et plus rapide. Au fur et à mesure des séances l’estime de soi est également renforcée.

La sophrologie est une pratique souvent efficace aux bienfaits immédiats. Elle nécessite un entraînement régulier, dit sophro-training, en dehors des séances avec la/le thérapeute, pour des effets profonds et durables.

Plus d’explications/renseignements sur la sophrologie ici.

Se faire accompagner dans la gestion du stress avancé

Après avoir mis en place certains changements en relation avec votre hygiène de vie, plusieurs thérapies peuvent vous accompagner pour soutenir votre organisme dans la gestion du stress.

Médecine Traditionnelle Chinoise : travail en acupuncture et pharmacopée

En acupuncture, nous allons travailler sur un rééquilibrage de fonctionnement entre les systèmes nerveux sympathique et parasympathique, afin de soutenir l’organisme pendant les phases d’alarme, de résistance et d’épuisement.

En effet, la stimulation des points d’acupuncture permet l’inhibition d’hormones du stress, comme le cortisol et la sécrétion d’hormones du « bonheur », comme l’endorphine qui vont donc agir directement sur les axes hypothalamo-sympathico-adrénergique (axe rapide qui répond au stresseur) et hypothalamo-hypophyso-surrénalien (libération de cortisol). On cherche à soutenir l’organisme dans son rééquilibrage biologique.

Une étude montre que l’acupuncture bloque les élévations chroniques d’hormones induites par le stress dans l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien et l’axe hypothalamo-sympathico-adrénergique[1]

Pendant la phase d’épuisement, la stimulation de certains points d’acupuncture atténue considérablement la réponse de la pression artérielle au stress mental[2], ce qui prévient notamment l’hypertension due au stress.

Selon la médecine chinoise, le stress va impacter l’énergie de plusieurs organes. Il empêche la libre circulation de l’énergie vitale qui est gérée par le Foie, va solliciter à l’excès l’activité mentale sous l’influence du Coeur, générer potentiellement de la rumination en lien avec la Rate, et puiser dans les réserves d’énergie des Reins. L’objectif de l’acupuncture et de la pharmacopée chinoise est donc de relancer la circulation énergétique, apaiser le mental et enraciner l’énergie. Cela permet d’éviter une surabondance d’activité mentale et une consommation excessive d’énergie.

Plusieurs séances d’acupuncture à raison d’une séance par semaine en période de stress permettent d’aider le corps dans sa réaction d’adaptation. Ceci va soutenir le corps dans la phase de résistance et prévenir l’épuisement.

Plus d’informations sur l’acupuncture ici.

[1] Ladan Eshkevari, Eva Permaul and Susan E Mulroney,  Acupuncture blocks cold stress-induced increases in the hypothalamus–pituitary–adrenal axis in the rat, Journal of Endocrinology, Volume 217: Issue 1, p95–104

[2] Hollyt R.Middlekauff, Jun Liang Yu and Kakit Hui, Acupuncture effects on reflex responses to mental stress in humans, American Journal of Physiology, Volume 280: Issue 5, May 2001, Pages R1462-R1468

Vous avez une question particulière, n'hésitez pas à nous contacter en utilisant le lien ci-dessous:

Merci pour votre lecture.

Haut